Bon vent à Elorri et Oihan !

  • Stéphan Carbonnaux

Oui, bon vent à eux !

Elorri au biberon

Deux petits hérissons, un mâle et une femelle, que nous avions recueillis le mercredi 20 mai dernier sont partis respectivement le 29 juin et le 1er juillet. Nous les avions trouvés dans notre jardin, épuisés, affamés et déshydratés. Ils ne pesaient alors qu’un peu plus de 100 grammes. Ils nous ont quittés en approchant les 700 grammes !

 


Nous avons connu de grandes joies en leur compagnie, avons appris énormément sur cet animal extraordinaire que nous avons l’habitude de côtoyer mais que nous connaissons, finalement, très peu. Ils nous ont accompagnés lors de nombreuses pérégrinations et ont connu un succès incroyable. Ils étaient avec nous au festival « Chapitre Nature », en Brenne. Ils nous ont suivis, encore, lors de la sortie « Sur les traces de Robert Hainard », en vallée d’Aspe. C’est d’ailleurs lors de cette belle journée qu’ils ont enfin trouvé un prénom grâce à l’aide judicieuse de personnes présentes ce jour là. Qu’elles en soient remerciées ! Elorri (fleur d’aubépine) et Oihan (forêt) sont deux prénoms d’origine basque. Merci aussi à nos proches qui ont pris le relai et contribué à la réussite de notre sauvetage lorsque nous ne pouvions emmener nos protégés avec nous.

Nous souhaitions également saluer le remarquable travail effectué par le sanctuaire des hérissons
(http://www.herisson.eu/). Ces bénévoles passionnés nous ont habilement conseillés, connaissent parfaitement les besoins spécifiques du petit animal et se sont montrés très disponibles. Ils nous ont permis de sauver la vie d’Elorri, intoxiquée par une forte dose de lait en poudre pour petits mammifères (ne jamais donner de lait de vache aux hérissons !) dont la notice était inexacte. Nous leur en sommes extrêmement reconnaissants.

C’est avec un peu de tristesse que nous avons vu nos deux protégés nous quitter pour vivre leur vie sauvage même si nous espérions que cela arrive. L’un des deux était resté remarquablement familier et affectueux à notre égard. 

Ohian et Stéphan

Une précédente fugue du petit bougre nous avait déjà un peu préparé à une séparation définitive. Mais Stéphan était parvenu à le retrouver dès le lendemain de son escapade nocturne. Le petit animal n’était alors visiblement pas aussi prêt qu’il l’escomptait pour le grand saut dans la vie d’adulte : il était manifestement ravi de nous retrouver, poussant des couinements excités, escaladant nos bras et nous suivant en « galopant » !


Dorénavant, nous nous consolons en nous remémorant la belle histoire que nous avons vécue, les grands enseignements qu’elle nous a apprise, et parce que tous deux sont partis en excellente santé.

Néanmoins, nous ne pouvons être que préoccupés compte-tenu de la véritable hécatombe chez les hérissons, victimes, en grande partie, des activités humaines. L’agriculture intensive, très mécanisée et utilisant de nombreux intrants chimiques n’est pas sans répercussions sur le hérisson. La route ne lui laisse guère de chance, puisque son seul moyen de défense est de se mettre en boule. Ce qui ne lui est, bien sûr, d’aucun secours face à une automobile. Combien de hérissons croisons-nous chaque année écrasés, en oubliant ce que ce massacre représente au fond, tellement notre regard y est habitué.


Les jardins, très fréquentés par nos petits amis, qui apprécient ses haies, bosquets, tas de feuilles mortes ne sont pas sans danger non plus. Gare aux tondeuses, débroussailleuses et feux ! Nombreux sont les hérissons qui périssent dans nos lopins, car ils construisent fréquemment leurs nids dans ces recoins insoupçonnés. Nous ne saurions, au vu de notre propre expérience, conseiller la plus grande vigilance !

Je ne reviendrai pas sur l’utilité indéniable du hérisson car j’abhorre véritablement cette tendance générale de ne tolérer, voire de n’affectionner, que ce qui nous paraît utile. A mon sens, chaque créature a sa place, son utilité (même si elle nous dépasse) et son droit de vivre au-delà de ce qui nous plaît ou non. Enfin, je constate encore, combien cette aventure vécue ensemble, m’aura montré notre incroyable proximité, nous mammifères, combien les interactions sont riches et profondes entre les espèces. J’ai une nouvelle fois reçu une grande leçon d’humilité quant à ma place ici-bas, n’étant qu’un minuscule maillon au sein d’une grande et vaste chaîne. C’est ainsi qu’il me plaît de me considérer, à ma toute petite et juste place. C’est aussi au cœur de cette belle aventure, que nous nous sommes une nouvelle fois questionnés, outragés du peu de place que nous laissons aux autres créatures, à notre incroyable arrogance qui nous pousse à croire que nous disposons de tous les droits sur ce qui nous entoure. Nous savons tous où cela nous conduit même si nous préférons ne pas y regarder de trop près.

 

 

Alors Elorri et Oihan, je vous souhaite d’échapper à tous les écueils qui vous menacent et dont nous portons une grande part de la responsabilité. Bon vent mes chers petits hérissons !


Marie

Elorri et Ohian


S’il vous arrivait de recueillir des hérissons, n’hésitez surtout pas à contacter le Sanctuaire du hérisson dont je rappelle l’adresse :
 http://www.herisson.eu/

Et n'hésitez-pas à les soutenir, leur travail est remarquable !

florence 23/04/2010 22:06


bonjour à tous les deux,
c'est le second commentaire que je fais sur votre blog, le premier faisant suite à votre venue à La Ferranderie...que je quitte d'ailleurs pour créer aussi moi même mon propre projet qui me tient à
coeur, toujours dans le domaine de "faire découvrir la nature", la respecter, prendre plaisir à vivre avec... J'ai l'occasion de rencontrer des personnes,(comme vous), qui m'apportent à chaque fois
leur expérience, une discussion et contribuent ainsi à m'aider à avancer dans mon projet.
Super l'histoire de ces deux bébés hérissons, nous sommes aussi sous le charme quand nous en croisons un dans notre jardin, mais c'est trop rare... Nous allons construire un abri à hérisson, cela
paut-être un simple tas de bois avec un espace vide à la base ou bien une sorte de cabane en bois brut(15-20cm de haut) camouflée par un tas de feuilles et de branches.
pour les chevreuils, restez vigilants jusqu'à fin juin : les jeunes de l'année dernière sont en ce moment repoussés par leur mère (qui va mettre bas), ils sont donc en errance pour trouver un
territoire et traversent souvent les routes, perdus et déboussolés, continuez à roulez tranquille !!
Florence


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 24/04/2010 09:55



Bonjour Florence,


 


Merci pour ce nouveau commentaire sur notre blog. Nous sommes contents de lire que vous souhaitez donner vie à vos projets dans le domaine de la découverte de la
nature. Lorsqu'il est possible de réaliser ce qui nous paraît juste, c'est bien de pouvoir s'offrir cette chance. La tâche est grande pour faire apprendre le grand respect que mérite la
nature.


 


Nous sommes aussi contents si, d'une manière ou d'une autre, nous avons pu vous aider. Chaque rencontre de ce type représente de toute façon un enrichissement
réciproque.


 


Effectivement, en ce qui concerne les hérissons, nous avons vécu là une expérience extraordinaire que nous ne sommes pas prêts d'oublier. Bravo à vous d'offrir à ces
merveilleux petits mammifères un gîte sûr, ils sont si exposés aux violences et agressions de nos sociétés, que chaque bonne volonté pour les aider n'est pas un luxe. Lire que ces animaux sont en
danger, ce qui n'a rien d'étonnant compte-tenu de tous ceux qu'on rencontre écrasés sur la route, fait bien mal au coeur. bien peu de gens leur prête l'attention qu'ils méritent pourtant et
ce serait très grave s'ils finissaient par ne plus peupler nos contrées. Ce serait encore l'illustration de l'incapacité de notre société à s'inscrire dans un progrès véritable, qui serait de
vouer un grand respect à la nature. Ce serait l'incarnation, une fois de plus, de la non durabilité (mot tellement à la mode qu'il en devient insupportable) de cette civilistation
anthropique.


 


Nous continuerons à lever le pied et je ne râlerai plus sur Stéphan lorsqu'il conduira comme une tortue (du moins, je vais m'employer à progresser en ce sens
!)


 


N'hésitez pas à continuer d'enrichir notre blog par vos commentaires.


Bonne chance dans la réalisation de vos projets, bravo pour votre courage.


Bien cordialement,
Marie et Stéphan



Denis 12/07/2009 23:16

Avant de nous revoir bientôt , j'ai eu le plaisir de te lire et de me rafraîchir ainsi avec ton idéal de vie auquel tu tiens tant et avec raison? Je t'embrasse et te remercie de nous faire partager tes émotions personnelles. Denis

Stéphan Carbonnaux 13/07/2009 13:16



Oui, au plaisir de nous revoir et merci pour ce gentil commentaire qui m'a touchée.

A très bientôt,
Nous vous embrassons,
Stéphan et Marie



marie carbonnaux 11/07/2009 22:51

Merci pour ce témoignage réjouissant sur Elorri et Ohian !!!

Marie

Stéphan Carbonnaux 12/07/2009 12:19



Chère Marie,
Quelle bonne surprise de te lire ! Ton petit commentaire nous a fait un grand plaisir ! Et merci pour Elorri et Oihan !

A bientôt,
Nous t'embrassons,
Stéphan et Marie



Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog