Mise au point sur mes interventions médiatiques

  • Stéphan Carbonnaux

 Mon passage sur Radio Courtoisie le 28 juillet a suscité des remarques de proches qui nécessitent que je précise quelques points relatifs au choix de mes interventions médiatiques.

Celles-ci sont tout d’abord destinées à faire connaître mon travail, et bientôt le travail commun d’avec ma compagne, et simultanément à faire progresser la connaissance de la nature et de meilleures relations entre les hommes et elle.


Ces interventions seront limitées, c’est-à-dire que nous ne courrons pas après elles. Jusqu’à présent, elles ont été, à quelques exceptions près, le fruit des circonstances et de rencontres. C’est l’esprit qui nous anime.

Ainsi, Lucien Valdès, journaliste que j’avais rencontré voici un an et demi, m’a appelé ce 15 juillet dernier alors que nous amenions dans une clinique vétérinaire une chouette hulotte blessée et récupérée au bord d’une nationale. Ayant acheté mon Cantique de l’ours, et connaissant déjà mon travail sur Robert Hainard, il me proposa de participer à une émission qu’il anime sur Radio Courtoisie. J’ai immédiatement accepté et recommencerai si l’occasion se présente de nouveau. L’émission a permis de m’exprimer librement, grâce à des questions pertinentes, pendant près de trois quart d’heure, sur des sujets qui n’apparaissent que très rarement sur les ondes. Tout simplement, parce que les amoureux de la nature ne sont presque jamais invités. Je remercie encore vivement Lucien Valdès et Patrick Péhèle pour ce cadeau.


J’écris « cadeau », car, contrairement à tant d’usages dans les milieux de l’édition et du journalisme, les passages médiatiques ou les chroniques écrites sont très souvent des « renvois d’ascenseur ». Rien de tel ici, cela mérite d’être souligné.

Que Radio Courtoisie soit une radio culturelle associative de la droite traditionnelle française ne m’importe pas. J’accepterai une même proposition venant d’un média de la gauche de la gauche. J’adhère pleinement à cette vision de Robert Hainard pour lequel (je cite de mémoire) les protecteurs de la nature se devaient de n’appartenir à aucun parti, aucune église, aucune école philosophique.


Dans ma biographie de Robert Hainard, j’ai montré comment la fine fleur de l’ornithologie française d’avant-guerre (que côtoyait Hainard) comportait des personnalités parfaitement différentes, telles que Henri Jouard, d’Action française, créationniste et protestant, et Paul Paris, athée et homme de gauche. Tous deux animaient la revue Alauda qui poursuit son chemin aujourd’hui. Une telle situation évoque pour moi un groupe ornithologique présidé par un ami, dont le fondateur est un homme de la droite de la droite, auquel appartient un autre homme aux idées de l’extrême gauche libertaire. Cette petite société, vaille que vaille, œuvre dans le sens de la protection des oiseaux.


Face à la crise majeure de la 6ème extinction de la vie sur Terre, cette dernière étant manifestement de la responsabilité des activités humaines, face à l’extrême difficulté de pouvoir exprimer un point de vue, des expériences qui ne soient pas en accord avec la pensée dominante, j’accepte le micro tendu, les colonnes qui s’ouvrent, la caméra curieuse, pour peu que nul prosélytisme politique, syndical ou religieux ne s’en mêle. Il serait grave de se tromper de combat : ce que nous avons à mener, pour la perpétuation de la vie sous toutes ses formes, dépasse de très loin nos petits clivages anthropiques.


Ceux qui n’ont pu écouter mon intervention lors du Libre journal de la Vieille Europe pourront le faire en cliquant sur ce lien : http://vieilleeurope.free.fr/?p=607


Stéphan

 

jf 07/08/2009 12:50

Mr Carbonnaux est accusé de parler avec une radio de droite.
> Bigre, l'affaire est d'importance et mérite un examen approfondi.
> Voyons les mots ,ils ont leur importance.En vrac:
> droite: capitalisme, bourgeoisie,libéralisme mais aussi: Mussolini,Hitler...
> gauche: générosité,entraide,esprit de communauté
> mais aussi: Mao, Staline...
> Avec des mots dérivés, cela peut donner
> droiture: loyauté, honnêteté
> gaucherie: manque d'aisance, maladresse.
> Bon, vaut-il mieux être honnête mais maladroit ou manquer d'aisance et être loyal,
> est-on un peu tout cela à la fois?
> Ls mots évoluent , les époques changent et restent les clichés...
> Devant des accusations aussi minces,
> Mr Carbonneaux Stephan, je vous condamne à perpétuité à poursuivre inlassablement votre combat pour la nature avec la même abnégation et le même brio.
> "L'oeuvre féconde commence par les difficultés, elle n'en esquive aucune, elle ne hâte pas le résultat."
> Robert Hainard,dans: Et la nature? 1943
> Jean-François
>

Claude et Denis 01/08/2009 22:33

Merci Stéphan.
Bravo et continue!
Claude et Denis

Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog