René Barjavel, un visionnaire des temps à venir ?

  • Stéphan Carbonnaux

"Son autogire survolait les tristes paysages bourbonnais, avec leurs pâturages déserts, et les usines à bestiaux polyvalentes dont les quadrilatères de béton écorchaient les douces courbes des collines. Elle en avait visité une au début de sa tournée, guidée par un ingénieur agricole enthousiaste. Elle avait vu, alignées dans des rangées de boxes étroits, immobilisées par des camisoles de nylon, des vaches, des vaches, des vaches ... Dans le mufle de chacune s'enfonçait un tube nourricier, jusqu'au fond de l'estomac. Il déversait vingt-quatre heures par jour, dans la quatrième poche digestive, de l'herbe pré-ruminée, additionnée de poudre d'algues. A l'autre extrémité de l'animal, un tuyau à ventouse aspirait tous les déchets solides et liquides, et les livraient à un convertisseur qui les transformaient sur-le-champ en granulés-aliments. Des courroies sans fin les distribuaient dans les mangeoires des poules pondeuses biologiquement accélérées, qui, sans arrêt, mangeaient par une extrémité et pondaient par l'autre.

 

Les mamelles des vaches étaient sucées en permanence par la trayeuse-transformeuse, qui livrait à la sortie le beurre enveloppé et les millions de pots de yaourts.

 

Le petit-lait coulait vers le malaxeur de la porcherie, dans lequel arrivait d'autre part le flot continu des poules hors-ponte. Parvenues à leur dernier œuf, vidées de toutes leurs réserves, il ne leur restait plus que les os, un peu de peau écorchée, un bec usé, et deux ou trois plumes. Le malaxeur les brassait dans le petit-lait, et le broyeur faisait du mélange une bouillie dont les porcs se régalaient.

Tout finirait en saucisses.

 

Dans son engin volant presque silencieux, assaillie par la mélancolie et la solitude, Lucie eut le brusque révélation qu'elle était pareille aux bêtes des usines : coincée dans une chaîne inepte de travail sans joie, et qui ne prendrait fin que par sa propre fin."

René Barjavel, Une rose au paradis, 1981.
 

 

Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog