Rencontre de deux jeunes Pyrénéens avec Martin

  • Stéphan Carbonnaux

Article-j-ai-croise-un-ours.jpg
Source : La République des Pyrénées, 19 août 2009

Merci à Michel Chalvet (http://radicalement-nature.over-blog.com/) pour nous avoir transmis la copie de cet article. Le scan du journal n'étant pas de très bonne qualité, nous vous prions de bien vouloir excuser le manque de lisibilité.

Yvan Puntous 22/08/2009 07:36

Bonjour,
Il s'agit apparemment d'un très jeune ours, mais comme à cette distance je ne sais pas faire la différence entre un ours de 6/8 mois et un de 18 mois, quelle conclusion pourrions nous tirer?
J'aurais tendance à exclure Bambou et Pollen qui ont 30 mois et qui étaient, d'après les dernières images connues, assez grandes.
Espérons qu'il ne s'agit pas d'un des oursons de Hvala....

Stéphan Carbonnaux 22/08/2009 14:40



Bonjour Yvan,
Nous apprendrons peut-être de quel ours il s'agit, d’autant qu’ils sont si peu nombreux dans les Pyrénées. Pour les Hautes-Pyrénées, qui pourraient abriter quelques dizaines de plantigrades, on
ne compte officiellement qu’un ou deux ours : le petit de Cannelle et celui qui fait l’objet de l’article. En bas, à Saint-Lary, deux ours crèvent d’ennui dans un cul-de-basse fosse, et ce
dans la plus totale indifférence.

Une leçon de cette belle rencontre est la preuve, une nouvelle fois encore, du caractère placide de l’ours, sauf exception, et de sa capacité à sortir en plein jour lorsqu’il ne se sent pas
menacé.

J’ai également apprécié le ton de cet article, peu fréquent dans la presse régionale pyrénéenne, et la conclusion de l’auteur de l’article. Oui, l’ours est une bête discrète (je l’ai déjà vérifié
dans la nature), sa mansuétude est grande envers les hommes, alors qu’il est puissant, très puissant, ce que j’ai aussi constaté dans une forêt slovène. Il est vrai aussi qu’en Europe, il est
rendu méfiant par des siècles de persécution.

L’opposition plus ou moins bruyante entre les « anti-ours » et les « pro-ours » commence à vraiment lasser les gens. Servir l’ours, et non s’en servir à différentes fins,
c’est aussi savoir le faire discrètement, dans la longue durée, patiemment, animé par un esprit de communion et d’union qui s’oppose irréductiblement à la manie de la communication.
Stéphan



Claude 20/08/2009 20:22

Quels chanceux mais cela vous arrivera bien un jour aussi!

Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog