Hymne à la forêt ...

  • Stéphan Carbonnaux

Lancez d'abord la musique de Palestrina avant de commencer la lecture !

 

 
La forêt ... Ce mot sonne là comme un joli tintinnabulement. On la humerait  presque déjà avec ces belles odeurs de sous-bois, d’humus qui piquent le nez, ce tapis qui offre à chacun de nos pas un accueil moelleux et feutré. Comme il me tarde de la rejoindre, libérée, pour mieux aller l’embrasser. Royale, exquise, majestueuse et parfois sévère, elle tend, impitoyablement mais avec une grâce infinie, vers l’harmonie.


Car elle est belle ! La vraie forêt se révèle altière et exulte son énergie de vie foisonnante, équilibrée à quiconque vient discrètement à sa rencontre. La forêt contrariée par l’exploitation des hommes, existe encore, même brimée. Il suffit de croiser un terrier de blaireau ou de soulever une pierre, de se pencher, de respirer et d’observer. On la retrouve alors, prête à saisir l’opportunité qui lui sera donnée pour reprendre ses droits et son règne.

Qu’on ne s’y méprenne pas : elle tend vers l'équilibre, l’excellence, l’éclat du joyau brut, le raffinement, la sacralité d’une parure digne -ô combien !- des plus belles cathédrales.  Les plus faibles n’ont guère de chance d’y survivre. Cruel, me direz-vous ? Je ne peux m'empêcher de ressentir une grande compassion et un peu de tristesse pour les plus chétifs, ceux qui, par leur caractère malingre, nous enjoignent à une tendresse toute particulière, ceux pour lesquels nous souhaiterions lever des boucliers protecteurs ! Mais qui sommes-nous pour juger là où nous avons échoué ? Sommes-nous parvenus à maintenir cet équilibre fragile de paix et d’harmonie ?  Nous avons échoué là où la forêt triomphe encore. Ne la dévoyons pas au travers de notre regard étriqué d’homme en l’imaginant telle qu’elle n’est pas ! C’est trop courant dans tous les nouveaux mouvements (les prospectus des séminaires qu'ils proposent se trouvent régulièrement dans les magasins bio) qui l’observent au travers du prisme déformant de leurs propres désirs et fantasmes. Elle est merveilleuse pour ce qu’elle est et si elle interrompt en plein vol des existences fragiles, elle les accueille aussi en son sein maternel, lorsque les souffrances se sont tues pour leur permettre de revivre au travers d’autres et au-delà d’elles-mêmes …


La forêt est une symphonie magnifique, sacrée et riche d’enseignements : elle nous rappelle le caractère éphémère et  fragile de nos propres existences, nous conduit sur la voie de l’humilité et nous offre, pour nous accompagner sur des chemins parfois difficiles, un spectacle d’une telle beauté qu’il bouleverse nos sens, agit tel un baume sur nos plaies et nous ouvre déjà les portes célestes ! Magnificat !

Marie









Arbre mort, arbre de vie !



Si j'ai choisi une musique sacrée, c'est pour plusieurs raisons. Parce que je trouve que c'est un chant céleste qui se marie admirablement bien avec la forêt où résonne, pour moi et certainement pour d'autres également, une sacralité incroyable. J'y retrouve le Divin partout, je le ressens très fort depuis que je suis enfant.
Merci à Laurent de m'avoir fait découvrir Palestrina.

Clichés : Marie Coquet

marie-hélène marsan 11/09/2009 22:14

merci à vous deux pour le bonheur de vous lire.
Je découvre ce soir votre blog, et je crois bien que je vais souvent vous retouver sur mon écran
Je me rapproche de la Hulotte que j'ai longtemps lue et je prends conscience que mon jardin potager fruitier est bien loin de la forêt comme vous en parlez.
Bien que j'accueille depuis toujours les graines vagabondes, votre blog va m'aider à faire des pas en avant, peut-être dans des tas de feuilles, peut-être en laissant les mottes des taupes fleuries, je ne sais.
à très bientôt quand vous serez re branchés, bonne installation,
Mon amitié, Marie-Hélène

Stéphan Carbonnaux 16/09/2009 15:49



Et merci à vous pour ces encouragements ainsi que ces jolies lignes !
A bientôt,
Stéphan et Marie



Fabrice 05/09/2009 10:47

Très beau texte, de splendides photos. Bonne continuation dans la défense de la nature

Stéphan Carbonnaux 08/09/2009 11:39



Merci beaucoup pour votre message.
Cordialement,
Marie



Michel CHALVET 02/09/2009 22:55

Il n'y a pas à commenter, simplement à s'émouvoir.
Merci à Marie et Palestrina.

Stéphan Carbonnaux 02/09/2009 23:05



Merci Michel,
Cela me touche beaucoup.
Marie



Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog