Le Groupe ornithologique des Pyrénées et de l'Adour a fêté ses 10 ans

  • Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet

 

Casseur-d-os-premier-numero-en-2001--1600x1200--copie-1.jpgDix ans déjà ! Dix ans déjà qu'une dizaine de passionnés de l'observation et de l'étude des oiseaux, dont je suis, créaient le Groupe ornithologique de Pyrénées et de l'Adour (GOPA) http://gopa64.free.fr, à Pau, avec pour désir de faire vivre une ornithologie indépendante et de publier une revue, alors baptisée Le Casseur d'os.  Cette revue de 160 pages est à ce jour la seule du genre à paraître régulièrement dans tout le Sud-Ouest de la France, désormais imprimée comme un livre à Fontenay-le-Comte. Le volume 10 vient de paraître. Son éditorial s'ouvre par ce paragraphe : "L'année 2010 dite année de la biodiversité restera dans les mémoires comme un échec retentissant du monde occidental devant les atteintes aux milieux, qui continuent de plus belle : une étude récente (Butchart et al., Science, volume 328, 2010) basée sur 30 indicateurs conclut que le déclin de la biodiversioté mondiale n'a aucunement ralenti et que les pressions négatives qu'elle subit ont augmenté ! Comme nous sommes loin des discours optimistes entendus chez nous et relayés complaisamment par les médias bien peu tentés de s'informer à d'autres sources bien plus crédibles."

    Le-champagne-est-servi-par-Andre-Nerriere--1600x1200-.JPG

A l'heureuse initiative de son secrétaire, Stéphane Duchateau, et de son trésorier, Luc Cantegrel, le GOPA a donc fêté son dixième anniversaire les 25 et 26 septembre dernier au col et au sympathique chalet du Soulor, dans les Hautes-Pyrénées, en présence de membres "historiques" et de nouveaux arrivants.

 

 

 

La-tablee-du-Gopa-au-gite--1600x1200-.jpgLe GOPA est un groupe assez organique, loin des associations désséchées ou mangées par les ambitions misérables des uns et des autres. La force d'un tel groupe, qui compte une petite centaine d'adhérents, est de s'appuyer sur des passionnés, actifs et désintéressés, de toutes générations. Nous avions également, dès l'origine, limité la durée des mandats des administrateurs et le nombre des pouvoirs détenus par un adhérent lors des assemblées générales. Ces dispositions et le caractère, disons gaulois, des membres du groupe, permettent d'asseoir une démocratie directe que font vivre les membres actifs. C'est assez rare dans le milieu associatif pour être relevé. Le GOPA refuse par ailleurs d'accueillir un salarié, car il est conscient de la responsabilité et des devoirs que cela implique,  et sait bien quelles dérives le salariat a entraîné dans certains groupes dont les permanents passent une part de leur temps à "financer" leur poste, sans compter la dépendance ainsi créée auprès de diverses autorités.

 

Territoire-du-GOPA--1600x1200-.png

Autre réalité qui mérite d'être signalée : le GOPA est une des très rares associations dont le territoire n'est pas administratif, puisque nous avions choisi le Bassin de l'Adour, un territoire biogéographique, auquel s'ajoutent les bassins de la Nivelle, de la Bidassoa et la côte landaise jusqu'au Courant d'Huchet.  La prospection ornithologique couvre ainsi le département des Pyrénées-Atlantiques, le sud des Landes, une grande partie des Hautes-Pyrénées, l'ouest du Gers, et l'estuaire international de la Bidasoa.

Pour voir cette carte agrandie : http://gopa64.free.fr/images/cartegopagrande.png

 

 

 

 

Observation-sur-le-col-du-Soulor--1600x1200-.JPG

Présidé pour quelques mois encore par Jean-Louis Grangé, un ornithologue de haut vol, le GOPA a fait beaucoup progresser la connaissance ornithologique dans le Bassin de l'Adour et a établi d'excellentes relations avec nombre d'institutions, et notamment un partenariat avec le Parc national des Pyrénées pour le suivi des aigles royaux et des circaètes Jean-le-Blanc notamment. Plusieurs de ses membres sont impliqués dans le baguage des oiseaux migrateurs qui a connu un extraordinaire dynamisme grâce à Bernard van Acker, malheureusement décédé il y a un peu plus de deux ans.

  Un-gypaete-transporte-une-branche--1600x1200-.jpg

Ce 26 septembre, sous le Gabizos fraîchement poudré  de neige, alors que des centaines d'hirondelles rasaient le col du Soulor, que quelques rapaces migrateurs le survolaient assez haut (que Marie, qui préfère de loin voir les animaux de plus près, surnomme "les mouches"), un aigle royal et un gypaète passèrent , eux, pas loin de nos têtes.

 

 

Longue vie au GOPA sous le signe du vautour doré casseur d'os !

 

 

Stéphan Carbonnaux

 

PS : les membres fondateurs du GOPA sont : Stéphane Duchateau, Jean-Louis Grangé, Muff Gush, Andréas Guyot, Stéphane Hommeau, Jean-Jacques Hourcq, André Nerrière, Sébastien Pérès et moi-même.

 

 

 L-heure-du-digestif--1600x1200--copie-1.jpg

A l'heure du digestif, Sébastien Pérès, ornithologue affûté et mycologue passionné, tenait la buvette, et, avouons-le, il n'était pas le seul à boire un petit canon !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clichés : Jacques Bouillerce, Stéphane Duchateau, Stéphan Carbonnaux et Pierre Navarre pour le gypaète pris en vallée d'Aspe : voir : http://gopa64.free.fr/pages/actualites.html

 

CHALVET 17/10/2010 22:15


Merci de nous avoir fait partager par ce résumé un petit moment de vie du GOPA. Groupe ornithologique ô combien sérieux mais composé de personnes qui ne se prennent pas aux sérieux. Félicitation à
ce groupe sympathique et compétent. Longue vie au GOPA et toutes mes amitiés à ses membres. Michel


Florian 05/10/2010 10:59


Longue vue aux naturalistes du GOPA !
Envers lesquels je dois bien mes premiers pas,

Cassant la croûte en de belles Nature :
Aux yeux du Phoenix barbu, sur la pâture,
Souverain des montagnes de feu,
Sous le vol des Grues,cherchant au sud le ciel bleu,
Escales dans les reliques des grandes landes,
Univers de la hetraie, Pinsons par bandes,
Rassemblements hivernaux plein de magie,

Doux cris des Courlis enfin; point d'ornithologie
Oh juste quelques ambiances qui réchauffe les coeurs
Surement plus souvent observé qu'observateur.

(Pour sûr je ne voudrais, avec le temps passant,
Surprendre un Macareux piquer notre Dos blanc)

Hasta luego en Pirineo


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 05/10/2010 22:50



Cher Florian,


 


Merci pour ton joli texte. Ta plume s'affûte comme je vois. Continue !


 


Et rappelle-toi, le premier pas c'est toi qui l'avais fait en venant un soir à une réunion du groupe.


 


Hasta luego tambien !


 


Stéphan


 


 


 


 



Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog