Merci au domaine de la Margelle et à l'association des retraités et des sympathisants de Sendets !

  • Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet
Domaine-de-la-Margelle.jpg 

Stéphan a donné la conférence "Le besoin de nature sauvage, expériences d'un amoureux de la nature" au domaine de La Margelle, le samedi 13 mars devant des membres de l'association des retraités et sympathisants de Sendets (Béarn).

 

 

Stephan-parle-du-besoin-du-sauvage--a-Sendets.JPG

Stephan-parle-du-besoin-du-sauvage--a-Sendets--1-.JPG

Vingt-cinq à trente personnes ont prêté une oreille attentive et intéressée aux propos de Stéphan, illustré par une animation Power Point riche en clichés personnels pris lors de pérégrinations au sein de la nature.

 

Populage-Bearn-mars-2010.JPG

Stéphan a ensuite pu répondre aux interrogations qui lui étaient posées, et écouter les expériences de certains. Monsieur Guy David, passionné des plantes et de la nature, qui vit en lisière des bois de Sendets, évoquait d’ailleurs la disparition des populages sur la commune à la suite de l’assèchement des marais. Sendets est située en effet sur le territoire des anciennes landes du Pont Long (Paloun loung, le grand marécage) qui couvrait, jusqu'à la première moitié du 20e siècle, des milliers d'hectares. Ces landes du nord de Pau, dont il ne subsiste que des lambeaux, étaient notamment le territoire d'une faune et d'une flore très riches. On y trouvait même autrefois des loutres et des loups. La culture des maïs hybrides, à compter des années 1950, a totalement bouleversé cette région, les paysages singuliers et la nature sauvage qui subsistaient.

La longue discussion qui s'est installée avec l'assemblée démontre l'intérêt porté au sujet d'une telle conférence.  Cette question relative à la nature sauvage est fondamentale a bien des points de vue et l'est d'autant plus quand on constate à quel point les espaces que nous occupons sont aménagés, si peu sauvages, comme Sendets l'illustre d'ailleurs fort bien. Il est primordial d'accorder une réflexion riche et nourrie à la nature sauvage, surtout à notre époque où l'artificialisation de la Terre, espace par définition limité, se poursuit de manière très accélérée. Nous devrions pourtant et de façon urgente agir tout autrement en permettant à la nature de recouvrer une juste et digne place.

En tous les cas, force est de constater que le sujet intéresse et questionne, ce qui est une bonne chose en soi. Espérons que cette émulation intellectuelle naissante permette d'accoucher d'actions concrètes allant en ce sens, tant qu'il en est encore temps.

 

Nous souhaitions remercier tout particulièrement Monsieur Alain Pellé, trésorier de l'association, écologiste que Stéphan connaît depuis plus de dix ans et qui suit son travail avec un vif intérêt, notamment son activité d'auteur.

 

Un grand merci aussi à Monsieur Jean-Michel Baux, président de l'association  ainsi qu'à son épouse, propriétaires du domaine de La Margelle, dont les terrains ont été cultivés par leurs prédecesseurs puis par eux-mêmes de façon naturelle, depuis plus de cinquante ans. A noter aussi qu'ils proposent des chambres d'hôtes. N'hésitez pas à les contacter si vous désirez davantage de renseignements (http://pagesperso-orange.fr/lamargelle/).

 

Merci donc à vous tous et aux personnes présentes à cette conférence pour l'accueil chaleureux que vous nous avez réservé ainsi que pour la richesse des échanges dont nous avons pu bénéficier.

 

Marie et Stéphan

 

 
Sources des clichés : domaine de La Margelle : http://pagesperso-orange.fr/lamargelle/francais/presentation/present1.html;
autres clichés : Alain Coquet et Stéphan Carbonnaux

Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog