Grand intérêt pour les conférences d'Artzamendi sur le "Rewilding à la pyrénéenne" ou "à la française"

  • Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet

 

Notre travail sur les rapports hommes/nature/sauvage et sur les conditions d'une coexistence des sociétés modernes, comme la nôtre, avec une nature la plus complète possible, a donné naissance, depuis l’automne 2011, à une série de conférences/discussions sur le rewilding. Il s'agit d'une nouvelle étape dans un travail commencé depuis fort longtemps, et qui s'est exprimé notamment dans des livres ou des articles. La consultation en profondeur de ce blog, avec toutes ses arborescences, vous en apprendra beaucoup.


 

Coexistence du Moderne et du Sauvage, Slovénie [1600x1200]Tete-ours-Etsaut--1600x1200-.jpg

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, une montagne sylvestre très sauvage vue depuis un supermarché en Slovénie, pays moderne d'Europe centrale. A droite, une tête d'ours médiévale à Etsaut (Pyrénées-Atlantiques) atteste des liens anciens et très étroits entre hommes et ours.

Crédits : © Artzamendi, G. Carbonnaux.

 

 

 

BouqueLChasse [1600x1200]

Des bouquetins des Pyrénées dans Le Livre de la chasse

de Gaston Fébus : disparus, ils doivent être réintroduits

dans les années à venir, notamment par le Parc national des Pyrénées.



Quelques paragraphes sont nécessaires pour présenter le terme de rewilding encore étranger à la très grande majorité des Français et des francophones.


Le rewilding, tel qu’il est né aux Etats-Unis, est un mouvement récent de conservation des territoires sauvages (on parle de wilderness en Amérique du Nord), qui entend assurer la connexion de ces territoires entre eux, le maintien ou la restauration de la fonctionnalité des écosystèmes, et la protection et/ou la réintroduction des grands prédateurs et des espèces clés dont les effets sont importants sur les écosystèmes (les loups ou les castors par exemple).


Le terme rewilding a été créé par le biologiste et protecteur de la nature américain Dave Foreman, et a émergé dans les années 1990 avec l’apport d’autres biologistes de la conservation comme Michael Soulé et Reed Noss. L’ouvrage de D. Foreman, Rewilding North America. A vision for conservation in the 21 st century, publié en 2004, a marqué un saut dans la progression du rewilding.

 

 

 

Rewilding NAmerica

 

Un ouvrage fondamental

publié par Island Press, et

facile à commander par Internet.

 


Le rewilding a pris corps en Europe ces toutes dernières années,  surtout aux Pays-Bas, autour de l’initiative « Rewilding Europe » lancée par plusieurs grandes fondations : www.rewildingeurope.com.

L'objectif de ce mouvement est de faire de l'Europe un territoire plus sauvage et d'aboutir dans les temps à venir à 1 million d'hectares en "rewilding". Cependant, ce projet s'inscrit sur des territoires peuplés, avec leurs activités économiques et leurs productions agricoles. Le rewilding, balbutiant, devra tenir compte de réalités incontournables telles que la nourriture dont nous aurons besoin demain. Une nourriture qui pourra d'ailleurs prendre des formes différentes de celles qui nous lui connaissons aujourd'hui.


 

Wildlife comeback in Europe 

Agriculture-traditionnelle--Rewilding-Europe.jpg 

 

 

Le retour européen de grandes espèces sauvages ne doit pas occulter l'effondrement de populations entières d'espèces autrefois banales d'insectes, de plantes, d'oiseaux ou d'amphibiens, ou encore la dégradation inquiétante des sols et de leur faune.

Quel avenir pour l'agriculture traditionnelle, paysanne en Europe ? © Rewilding Europe.

  


Artzamendi – Nature, Sauvage et Civilisation s’est immédiatement intéressé à ce mouvement, comme elle se penche sur la « Vie en biodiversité totale », telle qu’elle est exposée par l'anthropologue portugais João Pedro Galhano Alves. Nous avons d’ailleurs établi une collaboration avec João Pedro Galhano Alves qui travaille depuis plus de 20 ans en immersion au cœur de sociétés traditionnelles (en Asie et en Afrique) ou de sociétés européenne restées très rurales (à l'extrême nord-est du Portugal) : Lire 

Le livre "Vivre en biodiversité totale", de João Pedro Galhano Alves, récemment édité

Prolongation de l'exposition "Vivir en biodiversidad total" jusqu'au 31 mai 2011

 

Main-de-JPGA-et-empreinte-de-tigre--Sariska--Inde.jpgMain de João Pedro Galhano Alves

à côté de l'empreinte de la patte d'un tigre,

Sariska, Inde © JP Galhano Alves.

 


Cette collaboration nous a logiquement amené à développer notre propre vision de la coexistence la plus grande avec le sauvage dans nos sociétés modernes ; étant entendu que nous ne vivons pas comme les Gourmantché du Niger, les Gurjar de Sariska ou les paysans portugais du Montesinho. De même, nous sommes conscients que le rewilding tel qu'il est pensé aux Etats-Unis n'est pas transposable en Europe, et en l'occurence en Europe occidentale, et en particulier dans les Pyrénées. Nos territoires, nos cultures, nos rapports avec la nature sont bien trop différents pour faire du "copier-coller".


Artzamendi - Nature, Sauvage et Civilisation a donc réalisé une première conférence/discussion « Pour un rewilding à la pyrénéenne », à l'occasion de la soirée spéciale "Vie en biodiversité totale" du 28 octobre 2011, que nous avons conçue avec João Pedro Galhano Alves, en partenariat avec La Maison de la Montagne (Pau) : Lire Soirée spéciale "Vie en biodiversité totale" à Pau le 28 octobre 2011

 


Cette soirée été une réussite en ce qu’elle a réuni environ 70 personnes d’origines très diverses (élus, membres d’administrations, naturalistes, écologistes, universitaires, grand public) et parce qu'elle a permis de poser dans les Pyrénées occidentales les questions de la « vie en biodiversité totale » et du rewilding à la pyrénéenne, tout en nourrissant un large débat.


Stephan-et-Pedro--28-oct-2011--1600x1200-.JPG Soirée du 28 oct 11, bis [1600x1200]

Soirée spéciale "Vie en biodiversité totale", organisée avec La Maison de la Montagne :

JP Galhano Alves , à droite, et S. Carbonnaux, à gauche, le 28 octobre 2011 à Pau. 

© Artzamendi.

 

 

A la fin novembre 2011, nous avons présenté notre conférence « Pour un rewilding à la française. Quelle grande faune demain ? » lors du Colloque de mammalogie de Picardie, à Verberie (Oise), organisé depuis 4 ans par le CPIE des Pays de l’Oise sous la houlette d’Eric Bas et de son équipe :

Conférence-débat "Pour un rewilding à la française, quelle grande faune demain ?", au CPIE des Pays de l'Oise, à Verberie le samedi 26 novembre 2011


Là encore, le sujet a suscité enthousiasme et de nombreuses interrogations fécondes pour l’avenir.


 

P1270685--1600x1200-.JPGP1270697--1600x1200-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une réserve forestière "intégrale" de la forêt de Compiègne, massif aujourd'hui dangereusement surexploité par l'ONF, une discussion spontanée avec Eric Bas, Bernard Boisson, Etienne Piéchaud, François Llinas et Philippe Charlier. A droite, dans la même réserve, un ruisseau peuplée de loutres et de truites jusqu'au début du XXe siècle ; aujourd'hui colonisé par... des ratons laveurs ! © Artzamendi, 27 novembre 2011.

 

 

Au colloque « Les réintroductions. Un atout pour restaurer les écosystèmes ? », organisé par le CORA Faune Sauvage/LPO, à Lyon, les 10 et 11 février 2012, Artzamendi - Nature, Sauvage et Civilisation a enrichi son travail et a présenté une communication « Pour un rewilding à la pyrénéenne ! Quelles conditions pour la coexistence avec la grande nature sauvage ? ». Lire : Artzamendi interviendra au Colloque "Les réintroductions. Un atout pour restaurer les écosytèmes ?", organisé par le CORA et la LPO, à Lyon les 10-11 février 2012


Devant un public naturaliste venu de la région Rhône-Alpes et de toute la France, nous avons pu vérifier, une nouvelle fois, combien un tel sujet s’il est traité sous de nouveaux angles suscite grande curiosité et intérêt. Par ailleurs, certaines des communications et des discussions avec le public, venu nombreux à notre rencontre, ont déjà permis de nourrir notre réflexion, et partant notre conférence. Lire : Retour du colloque de Lyon : les temps semblent changer...


 

P1280867--1600x1200-.JPG 

P1280870 [1600x1200]

 

Colloque de Lyon, le 11 février 2012 : à gauche, une des images de notre conférence qui a marqué les esprits : comment imaginer un grand retour de la vie sauvage si on ne se penche pas très sérieusement sur les questions sociales et économiques ; à droite, une partie de  l'assistance du colloque. © Artzamendi.

 


Notre travail est polymorphe, il se nourrit d’observations de terrain (naturalistes, écologiques, sociales, culturelles, artistiques, économiques), de rencontres très variées avec toutes les couches de la population, de lectures d’ouvrages écologiques, naturalistes, de livres d’art, mais aussi de littérature, de poésie, de films et documentaires, etc. Il s'agit d'un travail novateur, pluridisciplinaire qui mêle autant l'écologie, la culture, l'histoire, la géographie, le droit, la philosophie, la sociologie, l'anthropologie, etc.


 

L-ours-pretre--Slovenie--1600x1200-.JPG 

Dans une maison en Slovénie du sud, la découverte de ce tableau

de l'enterrement du chasseur, et la fréquentation d'amis slovènes, m'en ont dit beaucoup plus long sur le rapport des hommes et du monde sauvage dans cette contrée, que tous les livres et discours académiques réunis. Le cercueil est porté par les cerfs, et c'est un ours/prêtre qui conduit le cortège, composé de tous les animaux de la forêt , quittant la maison du chasseur pour entrer dans la sylve.  

© Artzamendi.

 

 

Foire au fromage, Laruns, 2011 [1600x1200]

Fête du fromage à Laruns (vallée d'Ossau,Pyrénées

occidentales), le 15 octobre 2011. Il est fondamental de

sentir et de connaître la culture d'un territoire avant tout

projet de rewilding, de retour d'une grande nature sauvage.

© Artzamendi.

 

 

 

 

Coexitence avec des bisons, France[1600x1200]

 

La coexistence avec des bisons sera-t-elle de nouveau possible en France ? Nous avons vérifié que la chose est possible sur un vaste territoire clos, comme ici dans les Alpes du Sud, au printemps 2009.

© Artzamendi.

 

 

 

 

 

 

  La France défigurée

 

La France s'artificialise chaque année un peu plus.

Au rythme actuel, certains auteurs estiment que notre pays

serait recouvert de béton, de bitume et de métal dans 160 ans.

Il est donc devenu urgent, dans l'intérêt de tous les êtres vivants,

d'inverser cette tendance mortifère et létale.

Source de l'image :

 

http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2010/03/france-defiguree.jpg

 

 

 

 

Encouragé par cet accueil, Artzamendi - Nature, Sauvage et Civilisation propose de donner le plus largement possible, au moins dans les pays francophones, ses conférences sur le rewilding et sur les conditions d’une vraie coexistence avec la grande nature sauvage dans les Pyrénées, en France et dans nos pays modernes. Nous préparons également des conférences de ce type couplées avec des sujets liés et travaillés par d'autres personnes. Par exemple, il est impératif de lier la question agricole et de la nourriture destinée aux hommes à celle du retour d'une grande nature sauvage.

 


Nos prochaines interventions auront lieu le mardi 20 mars 2012, à 19h45, au CPIE de Seignanx-Adour (Landes), et le vendredi 06 avril 2012, à Pau, lors de la Semaine du développement durable, organisée par Ecocène.



Nous donnerons sous peu tous les renseignements utiles pour assister à ces soirées qui sont ouvertes à tous.



Venez discuter en toute liberté d'un sujet  fondamental !


Usine-en-Slovenie--2009--1600x1200-.JPGUn des grands défis du rewilding sera de

concevoir et de mettre en place une économie

en symbiose avec le vivant. Ici, une usine

de transformation du bois en Slovénie du sud.

© Artzamendi.

 

 


N'hésitez pas à nous contacter pour nous inviter ou nous mettre en relation avec telle ou telle institution ! Une précision utile : jusqu'à présent, notre travail ne reçoit aucune aide publique ni privée.  Seules les conférences nous sont payées.

   



Stéphan Carbonnaux


Retrouvez-nous sur Artzamendi : www.artzamendi.fr


 

 

PS : nous sommes contraints d'ajouter un copyrigt © à nos clichés, car nous vérifions que nous sommes parfois pillés, notamment par des structures qui ne demandent même pas l'autorisation d'utiliser une image ou ne citent pas leurs sources. Ainsi vont les choses...

Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog