Intervenez en défense du grand tétras sur le site du ministère de l'Ecologie !

  • Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet

Brume-epaisse-en-Ouzom--Pyrenees--1600x1200-.jpgChaque apparition du grand coq de bruyère (je lui préfère ce nom à celui de grand tétras) a toujours été pour moi source de joie intense, car voir ou entendre un grand coq, c'est plonger dans la sauvagerie sylvestre qui nous fait tant défaut en Europe de l'ouest.


 

Je me souviens avec quelle émotion nous avions, deux amis et moi, fait décoller un beau mâle, au fin fond de la vallée des Aldudes le 15 août 1984. Nous avions à peine vu l'oiseau qui, comme à son habitude, avait littéralement chuté dans la pente, et avions été très impressionnés par le fracas qu'il avait causé dans les branches des hêtres. Revenus auprès de notre maître ès ornithologie, Jacques Fourquet, nous avions raconté cette fabuleuse observation qui l'étonnait un peu.

 

 

 

 

Brume épaisse au pays des

grands coqs, Pyrénées,

février 2008 

 


- Etait-il gros comme un dindon ?

- Oui.

- Ah bon.


Une rapide enquête menée à l'époque démontrait l'existence relictuelle de grands coqs dans cette vallée du Pays Basque. Nous avions donc observé un des derniers grands tétras de l'extrême ouest des Pyrénées...

Et si, depuis, j'ai vu un certain nombre de grands coqs, mâles et femelles, hélas, ils disparaissent lentement de nos bois.


Le grand coq de bruyère est un des hôtes les plus prestigieux et les plus magnifiques des forêts naturelles d'Eurasie. C'est un oiseau qui, au fil des siècles, a disparu  de nombreuses régions françaises et européennes. Il subsiste chez nous dans les Vosges, le Jura, à l'état de populations morcelées, et dans les Pyrénées qui abritent l'écrasante majorité des oiseaux "français". Cette population des Pyrénées est hélas, comme je l'ai dit plus haut, en diminution assez sévère. 

 

Face à pareille situation, et pressé par quelques associations naturalistes regroupées au sein du Groupe Tétras France, l'Etat a décidé d'agir. Un "Projet de stratégie nationale pour le grand tétras", selon le jargon administratif, a été publié sur le site du ministère de l'écologie le 08 juin 2011 :


 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=23082

 

Vous pouvez télécharger ce projet de stratégie nationale :

 

 http://www.developpement-durable.gouv.fr/document117797


 

et intervenir, jusqu'au 08 juillet 2011, à l'adresse suivante :

 

pna.tetras@developpement-durable.gouv.fr

 

Un simple paragraphe en défense des grands coqs qui ne devraient plus être chassés (car ils le sont encore, un comble !) et dont les milieux devraient être fermement protégés, sera déjà beaucoup, d'autant que le Groupe Tétras France est écarté par l'Etat.


 

Voici le texte introductif du "Projet de stratégie nationale pour le grand tétras" :

 

"Le grand tétras, Tetrao urogallus, est un oiseau forestier des étages montagnards et subalpins, représenté en France par deux sous espèces  Tetrao urogallus major dans les Vosges et le Jura et Tetrao urogallus aquitanicus dans les Pyrénées. Les deux sous espèces sont également présentes dans les Cévennes, où une petite population a été constituée par la réintroduction de plusieurs individus.


L'espèce a subi un important déclin depuis les 30 dernières années, la classant dans la catégorie « vulnérable » dans les listes rouges nationales de l'Union internationale pour la conservation de la nature. La sous espèce Tetrao urogallus major est même classée « en danger », indiquant un risque élevé de disparition. La sous espèce Tetrao urogallus aquitanicus, classée « vulnérable », n'est, qu'en à elle, présente que dans la chaîne des Pyrénées donnant une forte responsabilité à la France, à l'Espagne et à l'Andorre dans sa conservation.


Par ailleurs, les milieux occupés par le grand tétras sont le siège de multiples activités (intérêts écologiques, sylvicoles, touristiques, cynégétiques et agricoles) pouvant avoir un impact préjudiciable sur l’espèce.


Enfin de nombreuses actions ont déjà été mises en œuvre par différents acteurs (associations de protection de la nature, chasseurs, collectivités territoriales...) afin de sauvegarder le grand tétras et son habitat mais pas toujours dans la concertation et sans s'assurer de leur complémentarité.


Ces différents éléments ont justifié l'élaboration d'un plan d'actions en faveur du grand tétras afin de définir une stratégie de conservation à long terme associant l'ensemble des partenaires concernés et assurant la cohérence des actions réalisées. Ces éléments ont conduit à mettre en place une stratégie nationale qui fixe un cadre général pour la conservation du grand tétras et ainsi assure la cohérence des actions."


 

Pour sortir du bla bla et obtenir des renseignements sur les grands coqs, nous vous conseillons la visite du site du Groupe Tétras Vosges


 http://www.groupe-tetras-vosges.org/site/Accueil-5.html

 

qui offre notamment un superbe diaporama avec un enregistrement des sons de la forêt des coqs,

 

et celui du Groupe Tétras Jura :

 

http://www.groupe-tetras-jura.org/Pourquoi-sauver-le-grand-tetras.html

 

Et voici une vidéo réalisée par Christophe Lhez, en mai 2009 et en Ariège (Pyrénées), du chant et du combat de deux mâles :

 

 

 

 



 

Mousses, ours, sapins chevelus,

neige,

lichens, lynx,

sylves profondes, grands coqs de bruyère !


 

Traces-d-un-grand-coq--Ouzom--2008--1600x1200-.JPG

Crottes-de-Grand-Coq-qui-sentaient-le-genevrier--Pyrene.JPG

Champignons-clochettes-dans-les-Pyrenees-2--1600x1200-.jpg


Traces d'un grand coq dans la neige, puis crottes

toutes fraîches qui sentaient le génévrier,

Haut-Béarn, fin février 2008.

 

Champignons clochettes au pays des coqs, Haut-Béarn.


 

 

Stéphan Carbonnaux


 

Retrouvez-nous aussi sur Artzamendi - Nature, Sauvage et Civilisation

 

www.artzamendi.fr


 

Clichés : collection personnelle

 


 

 


Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog