Puydarrieux, dimanche 31 janvier 2010, nous avons rendez-vous avec les grues

  • Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet

L'aube n'est pas encore levée et  nous sommes debout. Nous sommes arrivés hier à la Ferranderie, à l'occasion des Hivernales de Puydarrieux. Et nous ne pouvions pas manquer le départ pour la journée des grues majestueuses qui gîtent non loin de là, sur le lac dont la renommée en terme de richesse ornithologique n'est plus à faire.

 

Stéphan voulait me faire découvrir ce spectacle incroyable et combien il avait raison !

 

La lune, au tout petit matin

Nous quittons la maison encore endormie sur la pointe des pieds. Un froid piquant nous accueille et achève de nous réveiller tout à fait. La lune somptueuse étend encore son halo  particulier, celui qui pare la nature des ombres mystérieuses de la nuit.

 

 


Sur le bord de l'étang, les grues, encore masquées par l'obscurité, se font entendre bruyamment !

Ci-dessus, l'obscurité n'empêche pas les grues de bavarder bruyamment.

Ci-dessus : ce sont certainement les phares d'une voiture qui  suffisent à ce qu'un silence relatif et prudent s'installe au sein de la colonie.

C'est déjà une ambiance incroyable et si émouvante ! Ce bel échassier vit, toute sa vie durant, avec le même partenaire, auquel il restera fidèle. Il est élégant, gracieux, majestueux et il me tarde de le découvrir en chair et en os, mais Dieu, qu'il fait froid ! Vite ! Que le jour se lève, que les premiers rayons de soleil d'hiver tentent de réchauffer un peu la terre, et qu'ils éclairent les remarquables oiseaux ! Nous nous prêtons les jumelles, scrutant l'obscurité qui se dissipe peu à peu.

Le ciel, bouleversé par le petit matin Le jour se lève peu à peu et nous avons hâte de découvr
Le jour se lève toujours davantage et dévoile le-copie-2  Le jour se lève toujours davantage et dévoile les grues (

Soudain ! Je m'exclame ! "Mais, on peut les voir, les grues !" Stéphan rit, cela fait déjà un petit moment qu'il est possible de les distinguer et moi, je regardais la nature alentour s'éveiller aux premières couleurs de l'aube ! Qu'elles sont jolies ! Elles s'étirent, encore et encore, bavardent toujours, en attendant les premiers envols.

Les grues au petit matin

 

Puis, à mesure que le jour s'installe tout à fait, elles s'élancent vers le ciel par tout petit groupe. Mais elles sont encore beaucoup au sol, à s'occuper de leurs jolies plumes, à étirer consciencieusement leurs ailes.

 

Finalement, elles s'envolent de plus en plus nombreuses pour la journée car il leur faut aller quêter de quoi se nourrir.

 

 

 

 

D'ici peu, elles partiront vers le  nord, où elles offriront à d'autres curieux, sensibles aux charmes incroyables de la nature, le spectacle ravissant de leurs parades nuptiales.

 

Marie 

Pour ne pas déranger les grues, il convient de les observer à bonne distance et le plus discrètement possible.

 

Gravure de grues, Robert Hainard


Clichés et vidéos : Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet ; gravure des grues : Robert Hainard

Aline 07/03/2010 20:41


Bonsoir. Je viens de chez Xoria. Quelle joie d'entendre ces grues et quel beau texte. Bravo. Bonne soirée et bonne semaine.


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 07/03/2010 22:46



Bonsoir,

Merci pour votre visite et pour votre commentaire ! Merci aussi à Xoria !

Bien cordialement,
Stéphan et Marie



Xoria 22/02/2010 14:06


BOOonjour, bonjour!!!

Superbe reportage à propos des Grues à l'aube au bord du lac. Nous n'avons pas été aussi courageux que vous pour affronter le froid matinal... nous nous sommes contentés de leur spectacle au retour
du gagnage et à leur arrivée au lac : festival inoubliable!!!

Et nos remerciements pour la conférence de Puydarrieux où nous avons ainsi découvert l'oeuvre de ce grand artiste animalier. Nous nous sommes régalés!!!
A ce propos, voudriez-vous nous reréciser le nom de l'artiste qui utilise encore ce même procédé de gravure sur bois?

Au revoir et encore merci pour les photos, le texte et les vidéos avec les bandes sonores de cet article!!!

Mil muxus, izan ontsa eta ikus arte!!!


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 22/02/2010 22:10



Egun on Xoria,

Matin et soir, les vols des grues au dortoir laissent toujours un souvenir émouvant. Tout comme pour vous, c'était impensable de s'en priver à Puydarrieux. Nous avons vu vos clichés de grues
sur votre blog (http://xoria64.blogspot.com/), que nous visterons désormais.


Le graveur qui utilise la même technique que Robert Hainard s'appelle Pierre Baumgart : www.pierre-baumgart.com. Il est genevois tout comme l'était Hainard.


Merci pour vos encouragements et à une prochaine fois.


 


Bien cordialement,


Stéphan et Marie



Nicolas 18/02/2010 07:15


Bonjour,
De passage sur votre blog via l'annuaire d'over-blog.
Je vous invite à découvrir un nouveau design + une série d'affiches pendant la durée des jeux Olympiques de Vancouver!
http://www.nicolaslizier.com/article-creation-j-o-vancouver---joannie-rochette-45102861.html
Je vous souhaite une bonne continuation sur votre site comme dans vos projets.
A bientôt
Nicolas graphiste au Canada


Ludovic Mascart 17/02/2010 16:47


Combien sont-elles ? Elles sont si nombreuses que bien qu'elles partent par dizaine, il semble en rester toujours autant.


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 17/02/2010 17:17



Bonjour Ludovic,

Elles étaient approximativement 2500.

Bonne fin de journée,
Stéphan et Marie



Claude 11/02/2010 15:46


Merci Marie et merci Stéphan de nous faire partager ces émotions. Quelles jolies photos et vidéos et quelle belle description. Quel tapage font ces oiseaux si élégants. On s'y croirait! Je vous
embrasse.


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 11/02/2010 16:01



Et merci à vous de vous exprimez si souvent sur notre blog, le rendant plus vivant encore !

Nous vous embrassons,
Marie



Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog