Aidez la Moratcha : soutenez le combat contre les barrages sur la rivière Moratcha

  • Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet

Nous pensons que quelques instants à se renseigner sur cette grave affaire représentent un petit effort que bien d’entre nous peuvent accomplir. Vous voyagerez, par l’image, les mots et la musique, dans une nature extraordinaire, dans une vallée imprégnée de haute spiritualité orthodoxe. Sans nul doute, vous sortirez enrichis d’une telle découverte, quand bien même elle est virtuelle.

 

Nous vous proposons de voir une vidéo,  réalisée par Green Home et le WWF international qui évoque les effets écologiques,  économiques et sociaux des barrages sur le cours inférieur de la Moratcha et sur le lac Skadar (un immense refuge de faune et d’oiseaux en particulier),


 

 

Lake Skadar and Morača river, Montenegro from WWF on Vimeo.

 

et une galerie de quelques photographies des oeuvres du monastère de la Moratcha que vous trouverez en cliquant ici :

link

 

Nous vous invitons, si vous ne l’avez pas encore fait, à lire notre article « Le gouvernement du Monténégro a décidé de noyer un joyau de la nature et de la civilisation ! » qui renvoie, notamment, vers des textes et un livre de l’écrivain Komnen Becirovic figurant sur le site http://www.tvorac-grada.com/ucesnici/komnen/moracha.html 

 

N’oubliez pas d’écouter le chant liturgique serbe que nous avons choisi : il se marie à merveille avec de tels lieux.

 

Puisque une pétition initiée par le Fonds mondial pour la nature est désormais close, nous vous invitons à envoyer un courriel, ne serait-ce que quelques lignes, aux autorités monténégrines, notamment au chef du cabinet du Premier ministre du Gouvernement du Monténégro, M. Milo Djukanovic . Courriels : vojin.vlahovic@gov.me et  kabinet.premijera@gov.me

 

Faites simple, en évoquant notamment :

 

-       la responsabilité historique de noyer un tel patrimoine,

-       la contradiction suprême avec les objectifs que veulent atteindre les Etats en cette année 2010 de la biodiversité,

-       la violation de la « Déclaration de l’Etat écologique du Monténégro » prise par le Parlement de ce pays en 1991 (lire ci-dessous),

-       la tendance qui s’affirme dans le monde à détruire des barrages (lire ci-dessous),

-        la chance du Monténégro de bénéficier d’un long ensoleillement, dans sa partie méditerranéenne, et donc de pouvoir développer l’énergie solaire,

-       la nécessité d’inscrire la Moratcha et sa région éponyme au patrimoine mondial sous la protection de l’Unesco, avec  sa magnifique nature intacte, avec ses canyons grandioses, avec de nombreux espèces de plantes endémiques, avec ses sites archéologiques préhistoriques, avec son passé épique, avec son monastère médiéval qui constitue le plus ancien et le plus important monument historique du Monténégro,

-       Sachez enfin que le Monténégro a déposé sa candidature d’entrée dans l’Union Européenne le 15 décembre 2008 et qu’il attire de plus en plus de touristes.

 

DECLARATION DE L'ETAT ECOLOGIQUE DU MONTÉNÉGRO

« Nous, membres du Parlement de la République du Monténégro, sommes conscients que la protection de la Nature, de l'identité du pays dans lequel nous vivons et travaillons, est devenu un fondement de notre travail.

 

Convaincus de notre dette envers la Nature, source de santé et d'inspiration pour la liberté et la culture, nous nous dévouons à sa protection, pour l'amour que nous portons à notre descendance et pour la prospérité à venir.

 

Nous reconnaissons que toutes nos différences sont moins importantes que les changements de l'environnement dans lequel nous vivons. Indépendamment de nos sentiments et convictions nationales, religieuses, politiques,... nous sommes conscients que la dignité et le bonheur de l'être humain sont intrinsèquement liés avec l'épanouissement et la pureté de la Nature.

 

L'Homme et la création en lui et autour de lui sont uniques dans leur signification profonde.

 

Les abus de l'Homme ont toujours été des abus contre la Nature. Notre lutte permanente pour la dignité humaine sera aussi valable pour le respect de la Nature.

 

En adoptant cette Déclaration, le Monténégro définit son attitude respectueuse vis-à-vis de la Nature comme politique officielle de l'Etat et demande à tous les peuples de faire preuve de sagesse en faisant tout pour éviter une catastrophe écologique. »

 

Zabljak, 20 septembre 1991

Parlement de la République du Monténégro

 

Nous vous recommandons ainsi de consulter l’excellent topo du Réseau Fleuves Europe – European Rivers Network relatif à l’effacement des barrages dans le monde :

http://www.rivernet.org/general/dams/decommissioning/decom3_f.htm

 

Il est bon de rappeler aux autorités monténégrines qu’un mouvement de destruction des barrages prend de l’ampleur face aux conséquences écologiques et sociales calamiteuses de ces ouvrages. Même notre pays s’y est mis avec notamment la destruction du barrage de Brives-Charensac en Haute-Loire qui gênait la migration des grands saumons atlantiques. Aux Etats-Unis, ce sont déjà 654 barrages qui ont été détruits entre 1999 et 2006.

 

N’oubliez pas d’envoyer copie de votre message à l’association monténégrine Green Home : greenhome@t-com.me ; à l’ambassade de France au Monténégro : ambafrance@ambafrance.co.me (l’ambassadeur est Madame Dominique Gazuy) ; à l’ambassade d’Italie : segreteria.podgorica@esteri.it  du fait que la compagnie italienne A2A l’investisseur  potentiel  pour les centrales sur la Moratcha 

( l’ambassadeur est Sergio Barbanti);  à l’ambassade des Etats-Unis dont on sait  l’ambassadeur Roderick W. Moore très solidaire de défenseurs de la Moratcha : moorerw@state.gov ; et naturellement à nous-mêmes  nature.sauvage.civilisation@orange.fr

La Moratcha a besoin de votre aide !

Enfin, parce que rien ne vaut un séjour sur le terrain, vous avez compris que le Monténégro ne se limite pas à son littoral, certes magnifique, mais de plus en plus occupé par le tourisme. Crna Gora, la « montagne noire », tel est le nom de ce pays en langue serbe, recèle de sublimes forêts habitées par la grande faune européenne (l’ours en particulier), et ces vallées où sont nichés les monastères orthodoxes, survolées par les aigles. Vous accèderez au monastère de la Moratcha par une route spectaculaire, creusée dans la falaise du canyon, et, à écouter Komnen Becirovic, nous avons grande hâte de prendre le large vers Crna Gora et de découvrir cette nature sacrée sur la pointe des pieds pour ne pas troubler sa quiétude …


« Devant les sites majestueux et les eaux de la Moratcha, gonflées par la fonte des neiges, Franz Weber s'exclama : "Mais c'est une symphonie de Beethoven !" »

Komnen Becirovic, L'Eternité menacée de la Moratcha 

 

Moratcha 1991 Canyon-de-la-Mrtvica.jpg

Ci dessus : à gauche : le site du monastère de la Moratcha menacé par un barrage ; à droite : le canyon de la Mrvtica, lui-même menacé d'engloutissement


La Moratcha Moratcha dans son canyon de toute éternité

Ci dessus : deux aspects du canyon immémorial de la Moratcha

 

Lorsque la Moratcha, ce véritable architecte de l'abîme, commença à creuser son canyon dès cette aurore des temps actuels que l'on nomme éocène, il n'existait nulle trace de l'homme sur la terre. Et si le même soleil qu'aujourd'hui brillait sur le monde, l'image des constellations en était tout autre. Aussi, dans ces formidables gouffres du temps, où la Moratcha et la Mertvitsa ont investi des milliers de siècles de leur travail, on est envahi d'un sentiment analogue à celui que nous éprouvons à l'idée que la lumière d'étoiles depuis longtemps éteintes, nous arrive seulement maintenant des profondeurs de l'univers. (...) 


La Moratcha est l'un des lieux privilégiés de notre continent !

 

Il faut empêcher que cette cathédrale de l'éternité qu'est la Moratcha, selon le mot de Franz Weber, soit engloutie par les eaux du déluge qui plane actuellement sur elle. 


Il faut sauver la triple majesté de la Moratcha : celle de la rivière, celle du canyon et celle du monastère. 


La raison peut arrêter le déluge.


Komnen Becirovic, L'Eternité menacée de la Moratcha, 1998. Extraits du dernier chapitre.

 

 

Komnen Becirovic, Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet

 

Clichés : collection personnelle de Komnen Becirovic

 

Alain Sennepin 24/05/2010 12:10


Mon cher Stephan,
Absorbé par la préparation des prochaines semaines sur le dossier des tigres russes, j'ai néanmoins (enfin) pris un peu de temps pour découvrir ton blog,et t'adresse mes félicitations les plus
vives pour ton immense travail (une fois de plus) sur des sujets où tu vas plus loin que quiconque (une fois encore). Me suis donc évidemment renseigné à cette occasion sur le combat pour la
rivière Moratcha et sa vallée d'émeraude.Te signale le conte "kosovar" (en fait monténégrin) sur la dialectique des rapports orthodoxes / musulmans à travers la médiation de lynx géants : "Le lynx
qui parlait", à la fin du livre consacré à cet animal par Claude Marie Vadrot, Actes Sud 2001. Immense courage et à tout bientôt. Amicalement. Alain


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 24/05/2010 19:31



Cher Alain,


 


 Je te remercie pour tes encouragements qui font chaud au coeur. N'oublie cependant pas Marie qui oeuvre avec moi (elle y
écrit aussi beaucoup), d'autant que c'est elle la créatrice et l'administratrice du blog "Nature, Sauvage et Civilisation".


Comme ton frère et toi, nous pensons que défendre la nature c'est aller à la racine des problèmes, des tensions, des conflits, même et surtout si c'est difficile,
même et sutout si nous ne sommes pas compris par certains.


Ton temps est très compté, et si ce n'est pas encore fait, écris un message au nom de votre organisation en défense de la Moratcha. N'hésite surtout pas à diffuser
nos articles dans ton réseau eurasiatique. Cette région est une merveille de notre continent.


Nous ne connaissons pas le conte balkanique "Le lynx qui parlait" et vais m'empresser de le trouver, de le lire et de l'envoyer à Komnen Becirovic (qui le
connaît peut-être).


Nous te souhaitons également le meilleur dans la titanesque et essentielle entreprise de sauvetage des tigres de Russie, et renvoyons nos visiteurs sur le site et le
blog plus que singuliers que tu animes :


 


http://www.avenir-tigres.com et


 


http://europe-tigre.over-blog.com


 


Amicalement,


Stéphan et Marie



Anthémis. 20/05/2010 20:44


Site splendide, ayant conservé, à travers les âges, la splendeur des origines et en faisant don chaque jour aux hommes dans un témoignage unique, la Moratcha s'avère l'expression même de l'alliance
de la nature sauvage, intacte, libre, somptueuse et de ce qu'il y a de plus élevé et de plus noble dans la civilisation. A sa manière, elle traduit exactement la devise: Nature, sauvage, et
civilisation.
Et parce que l'âme humaine s'abreuve toujours aux sources vives de la création, pouvait-on rêver plus belle place pour un monastère, lieu par excellence de contemplation? C'est ainsi l'hommage
réciproque de la nature sublime et sacrée de la Moratcha à la splendeur tout aussi sublime et sacrée de son monastère, son émanation.
Fils de la Moratcha qu'il ne cesse de magnifier dans ses écrits, Komnen Becirovic, luttant depuis un quart de siècle contre ce funeste et sordide projet de barrages, mériterait, ô combien, le titre
de chevalier de la Moratcha. En effet, si l'émanation engendre la vocation, et si la vocation constitue une preuve de l'émanation, alors Komnen Becirovic montre, par son combat, qu'il est bien, lui
aussi, à part entière, l'émanation de la Moratcha, son fils et son chevalier. L'ordre des chevaliers de la Moratcha lui reviendrait parfaitement, ainsi qu'à certains de ses frères d'armes,
notamment Franz Weber.


Stéphan Carbonnaux et Marie Coquet 20/05/2010 23:25



Bonsoir Anthémis,





Merci à vous pour ce très beau commentaire qui vient enrichir nos articles. Très bel hommage que vous rendez à Komnen Becirovic et au combat qu'il mène pour sauver
ce site somptueux, aujourd'hui gravement et outrageusement menacé. Pourvu qu'il soit sauvé du funeste sort que certains lui réserve. 





Marie et Stéphan



Artzamendi © 2015 -  Hébergé par Overblog